MOUTHOUMET


Mouthoumet vu du ciel
(photo : Xavier Lafargue)

Petite commune située entre Narbonne, Carcassonne et Perpignan.
En 1856, il y avait 397 habitants. Il n'y en avait que 86 en 1999. Actuellement, il y a 115 habitants.

Le village de Mouthoumet, placé au centre d'un plateau étendu mais peu productif à cause de la faible épaisseur de son sol, s'est toujours voué à l'élevage des ovins. Son nom constitué du mot gaulois "multo", occitan "moton", et du suffixe collectif "-etum", signifierait d'ailleurs le troupeau de moutons. Sa position, au centre du massif paléozoïque des Hautes-Corbières lui a valu d'être choisi à la Révolution comme chef-lieu de canton et de donner son nom au début du XIXème siècle au massif dit de Mouthoumet. Les armoiries de la communauté de Mouthoumet, établies en 1696 par d'Hozier, sont "de vair à une fasce fuselées d'or et d'azur".


Mouthoumet au début du siècle dernier


Mouthoumet actuellement

Le village se compose de deux parties : le fort et le barry. Le fort, noyau primitif du village est constitué d'un groupement de maisons en cercle autour de l'église. Ce fort était autrefois protégé par un rempart dans lequel plus tard les habitants ont percé des portes et des fenêtres. Si le rempart n'est plus visible sous les enduits des maisons, il en subsiste encore la porte qui permet d'accéder à l'église.


Mouthoumet dans les années 1900. Ancienne porte, entrée de l'église.
photo issue du livre" l'Aude en cartes postales" (2)


Mouthoumet actuellement

Cette porte était défendue par une échauguette dont on voit encore la base en haut d'une maison.


base de l'échauguette défendant la porte du rempart qui permettait d'accéder à l'église

Le Barry ou faubourg s'étend depuis la place en face de l'entrée du fort le long des anciens chemins de Lanet, Auriac, Slaza, Laroque de Fa et Carcassès. L'ancien cimetière du village a fait place au début du siècle à la belle fontaine que l'on peut admirer sur le côté de la place

.
fontaine de Mouthoumet avec au fond la Mairie

Dans le village, on peut encore observer de belles portes en plein cintre dont une datée de 1628, une autre gravée du monogramme IHS.


Mouthoumet dans les années 1900
photo issue du livre" l'Aude en cartes postales" (2)


Mouthoumet actuellement

Historique
Au début du Moyen Age, les habitants de ce plateau devaient vivre dans des fermes ou des bergeries dispersées, notamment près de Saint-Estèbe ou de Bagaza, mais l'insécurité poussa les paysans vers le XIème siècle ou le début du XIIème siècle à se regrouper. On respectait alors un droit de protection autour des églises, dans un rayon de cent pas. Aussi les habitants de Mouthoumet construisirent leurs maisons en cercle autour de l'église Saint-Julien-Sainte-Basilisse, puis dotèrent le noyau du village d'une enceinte et d'une porte qui subsistent encore en partie.
A la même époque la puissante famille de termes dut accorder sa protection aux habitants de Mouthoumet et devenir ainsi leur seigneur. Sous cette suzeraineté, plusieurs familles se partageaient la seigneurie de Mouthoumet. On connait tout d'abord quelques membres d'une famille qui a pris le nom du village : en 1173 Hughes de Mouthoumet est témoin au testament du vicomte Arnaud de Fenouillet ; en 1182 Bernard de Mouthoumet est témoin de la vente d'une terre à Fontjoncouse. D'autres coseigneurs apparaissent au hasard des documents : en 1167 Bernard de Balbonne possédait des droits sur la seigneurie. En 1227, Roger de Villerouge, Uldagier et Guillaume d'Arse font donation de leurs pâturages de Mouthoumet à l'abbaye de Fontfroide qui possédait de gros troupeaux. En 1263, le quart de la justice seigneuriale appartenait aux chevaliers Guilhem de Rieux, Pierre de Beranger, Manfred, Aymeric de Magrie, Béranger d'Arse et son frère ; le reste appartenant à Olivier de Termes.


la gendarmerie de Mouthoumet au début du siècle dernier


l'ancienne gendarmerie de Mouthoumet a été transformée en appartements à louer

Pendant la croisade contre les Albigeois, la seigneurie de Mouthoumet dut subir le sort de toutes les possessions de la famille de Termes. Confisqué au profit d'Alain de Roucy après la prise de Termes, puis aux mains du roi de France, Mouthoumet revint définitivement dans les mains de Raymonde de Laroque-de-Fa, soeur d'Olivier de Termes en 1247, et dans celle d'Olivier en 1250, Saint Louis lui ayant rendu ses possessions à la suite de sa bonne conduite en Terre Sainte. Mais, Olivier, pour subvenir à ses besoins d'argent (dons pieux et guerres et Terre Sainte), finit par vendre le village, le "castrum" de Mouthoumet, et le péage venant de Peyrepertuse à Raimond d'Abban (en 1263) , un chevalier croisé qui semble avoir été un de ses familiers. Magdeleine de Grave épousa Jacques de Casamajou Seigneur de Mouthoumet, puis au décès de celui ci survenu en 1630, elle épousa en secondes noces Bernard de Casamajou, seigneur de Laroque de Fa.

Au XVIème siècle, comme beaucoup de village des Corbières, Mouthoumet eut à souffrir des guerres de religion. En 1573, le village fut assiégé par les Calvinistes.


la mairie et les écoles de Mouthoumet au début du siècle dernier
photo issue du livre "Vilatges al Pais" (1)


le bâtiment de nos jours : au rez de chaussée : une salle pour les repas communaux ;
à l'étage : un appartement communal loué

L'Eglise Paroissiale Saint Julien Sainte Basilisse
L'Eglise Paroissiale Saint Julien Sainte Basilisse était primitivement un édifice roman à chevet plat, divisé en quatre travées par trois arcs doubleaux, avec deux chapelles gothiques de part et d'autre du choeur. En 1856, on l'agrandit en construisant à l'ouest dans le style gothique un transept, deux chapelles et un nouveau choeur, tandis que l'ancien choeur et ses chapelles faisaient place à un porche et aux fonds baptismaux, l'ensemble de la nef étant à cette occasion voûtée en berceau brisé.
La chapelle sud, dédiée à la Nativité de la Vierge, abrite une belle statue de bois du XVIIIème siècle représentant la Vierge à l'enfant, et un tableau figurant la Nativité donné par Napoléon III en 1860. La chapelle nord, dédiée à Saint Roch, abrite une statue de pierre de ce saint sculptée par Bonnet en 1864. Dans le choeur sont exposés trois tableaux du XIXème siècle peints par Narcisse Salières, peintre carcassonnais.

La Chapelle Saint-Anne
A 300m à l'est du village, au bord de la route de Laroque de Fa, la chapelle Saint-Anne ne semble pas antérieure au XVIIIème siècle. Elle abrite une belle statue en bois représentant la sainte. Le 26 juillet, les habitants de Mouthoumet s'y rendaient en pélerinage.


L'Eglise Saint-Estèphe-de-Romanet
A 1.5km au sud-ouest du village subsistent les ruines d'une église romane à chevet plat, citée en 1119 sous le nom de Saint-Etienne-de-Romanet parmi les possessions de l'abbaye de Lagrasse. Elle semble avoir été l'église paroissiale primitive de Mouthoumet. Autrefois, pendant les sécheresses, les femmes du village, précédées du curé, y partaient en procession pour obtenir de Saint-Estèbe et de Dieu, le retour de la pluie. Selon la tradition un trésor constitué d'une peau de boeuf remplie de Louis d'Or serait enterrée près de l'église, et un souterrain partirait vers le château d'Auriac.

 


texte issu du livre "Vilatges al Pais" (1)

Bibliographie :
(1) Vilatges al Pais de la Communauté de Communes du Massif de Mouthoumet, Francis POUDOU et les habitants du Canton de Mouthoumet,Vilatges al Pais (Association Ciném'Aude-VAP : Président René MARTINOLLE), 3ème trimestre 2010, presse du Groupe ANTOLI

(2) l'Aude en cartes postales Villes et Villages au début du XXème siècle, L'Aude Languedocienne Tome I, Marthe Moreau, Les Presses du Languedoc, juillet 2001

 

Pour plus d'informations, consultez le site officiel de la Mairie de Mouthoumet :
www.mouthoumet.fr




Site créé et référencé par Aude-Web.fr